Le Monde,  11 Juin 2015

Dès 2004, Google avait développé une solution numérique de cartographie avec Google Maps. De son côté, Nokia avait racheté la société de cartographie NAVTEQ en 2006. Près de dix ans après, Nokia Here était devenu leader de la cartographie pour l’automobile, et Google celui de la cartographie sur smartphone avec Google Maps, présent par défaut sur Android et sur Apple iOS avec une application. L’affrontement était inévitable…
Le modèle de la gratuité s’est extrêmement bien développé pour capter les données personnelles des internautes, avec leur accord. Google est déjà leader pour les moteurs de recherches (Google), les navigateurs (Chrome), les messageries électroniques (Gmail), les plateformes de videos en ligne (YouTube), les systèmes d’exploitation des smartphones (Android) et les systèmes de navigation sur smartphones (Google Maps). Google peut ainsi créer le profil des utilisateurs de ses services afin de proposer aux annonceurs des publicités ciblées. Née en 1998, Google a déjà réussi à capter plus de 10 % du marché mondial de la publicité (environ 450 millions d’euros annuels) !
En contrôlant un outil cartographique, Google peut à la fois connaître tous les déplacements des individus et aussi leur faire des propositions de consommation (magasins, services, loisirs, …) qui sont financées par la publicité. En fait, la cartographie représente le moteur de recherches du futur !
De son côté, avec 25 ans d’expérience cumulée entre NAVTEQ et Nokia Here, l’entreprise finlandaise est indiscutablement devenue une référence mondiale. Mais son modèle d’affaires est de faire payer des licences à ses clients, en particulier les constructeurs automobiles. Selon les rapports annuels de Nokia, le chiffre d’affaires s’élevait en 2012 à 1103 millions d’euros pour 8 millions de licences automobiles concédées. En 2014, 13 millions de licences automobiles ont été vendues, en progression de 5 millions d’unités, mais le chiffre d’affaires n’était plus que de 970 millions d’euros, le prix des licences ayant chuté. Here essuie des pertes depuis 2012.

 

Aujourd’hui, les systèmes de navigation intégrés dans les voitures sont en concurrence avec les applications sur smartphones. Au premier trimestre 2014, selon l’institut Gipa, 55 % des Français possédaient un smartphone et 75 % l’utilisaient pour la navigation… Sur les smartphones, Google est le leader incontesté de la navigation avec Google Maps et Waze, première application communautaire de navigation sur smartphones, rachetée en 2013.

Google veut désormais conquérir directement les écrans des voitures… Début 2014, il a créé l’Open Automotive Alliance pour promouvoir Android Auto, sa solution automobile d’accès à Internet en utilisant le smartphone comme moyen de communication. 25 marques automobiles se sont engagées à déployer Android Auto. Les premières voitures connectées à Internet par Android Auto seront sur le marché en 2015… Et Google négocie avec les constructeurs automobiles pour que Google Maps soit alors accessible sur l’écran des voitures. Pour les constructeurs automobiles, c’est l’opportunité d’économiser le prix de la licence payé à Nokia Here. La tentation sera forte…

 

En conclusion, le modèle de la gratuité gagne du terrain. Nokia Here doit même concurrencer son propre modèle de licence pour les systèmes embarqués automobiles avec une application gratuite pour smartphones lancée fin 2014. D’ailleurs, un autre géant du net dont le modèle économique repose sur la gratuité fait partie des prétendants au rachat de Here. En effet, Facebook qui ne dispose pas de solution de cartographie, est sur les rangs. Racheter Here serait un moyen de se doter d’une solution technique, pour l’adapter au modèle d’affaires des géants du net.
Ce qui se joue est bien le contrôle de l’écran de la console centrale de la voiture, et les géants du Web sont bien décidés à le conquérir !